En chanson

Home En chanson
[cmsmasters_row data_shortcode_id= »f67f5277f0″ data_padding_bottom= »0″ data_padding_top= »0″ data_color= »default » data_width= »boxed »][cmsmasters_column data_width= »1/1″ data_shortcode_id= »7a26e9ed0e »]

[cmsmasters_divider shortcode_id= »086828245c » width= »long » height= »1″ style= »solid » position= »center » margin_top= »10″ margin_bottom= »10″ animation_delay= »0″]

[/cmsmasters_column][/cmsmasters_row][cmsmasters_row data_padding_bottom= »0″ data_padding_top= »0″ data_color= »default » data_bot_style= »default » data_top_style= »default » data_width= »boxed » data_shortcode_id= »ca2zyasab »][cmsmasters_column data_width= »1/4″ data_bg_position= »top center » data_bg_repeat= »no-repeat » data_bg_attachment= »scroll » data_bg_size= »cover » data_border_style= »default » data_animation_delay= »0″ data_shortcode_id= »zpn6vv8ba »][cmsmasters_image shortcode_id= »24l9nt5nz » align= »center » animation= »bounceIn » animation_delay= »0″]18629|http://lebruitdesarbres.eu/wp-content/uploads/2020/04/clef-sol-journal-de-l-ecologie-politique-le-bruit-des-arbres.jpg|full[/cmsmasters_image][/cmsmasters_column][cmsmasters_column data_width= »1/2″ data_shortcode_id= »chtd9mpv64″][cmsmasters_text shortcode_id= »pd2v8opkd8″ animation_delay= »0″]

Si je vous racontais ça en chansons ?
La poésie ça se chante,
Aujourd’hui comme hier.
Trois tissages de mots sur trame de notes
Qui sont entrés hier dans mes oreilles et dans mon cœur,
Offerts à celles, à ceux qui n’étaient pas là hier,
Pour qu’ils enchantent à leur tour leurs oreilles et leur cœur.

FRANÇOIS LOTTEAU

[/cmsmasters_text][/cmsmasters_column][cmsmasters_column data_width= »1/4″ data_shortcode_id= »vhx5zngzh »][/cmsmasters_column][/cmsmasters_row][cmsmasters_row data_padding_bottom= »10″ data_padding_top= »0″ data_color= »default » data_bot_style= »default » data_top_style= »default » data_width= »boxed » data_shortcode_id= »e7s5h407d5″][cmsmasters_column data_width= »1/1″ data_animation_delay= »0″ data_border_style= »default » data_bg_size= »cover » data_bg_attachment= »scroll » data_bg_repeat= »no-repeat » data_bg_position= »top center » data_shortcode_id= »a1xvutygq »]

[cmsmasters_divider shortcode_id= »v79drmxcsc » width= »long » height= »1″ style= »solid » position= »center » margin_top= »20″ margin_bottom= »20″ animation_delay= »0″]

[cmsmasters_text shortcode_id= »1yqnxt755k » animation_delay= »0″]

Clique sur les titres ci-dessous
pour déplier les chansons

[/cmsmasters_text][/cmsmasters_column][/cmsmasters_row][cmsmasters_row data_shortcode_id= »848cdb9e67″ data_padding_bottom= »0″ data_padding_top= »0″ data_color= »default » data_width= »boxed »][cmsmasters_column data_width= »1/1″ data_shortcode_id= »8af7ffcf8a »][cmsmasters_tabs shortcode_id= »40e7543ee1″ mode= »tour » position= »left » active= »1″ animation_delay= »0″][cmsmasters_tab shortcode_id= »svj4qs6ny » title= »‎J′ai déjà fait mon arche – David McNeil « ]

1975. David Mac Neil a fait son arche. Il attend les animaux. Est-il né trop tôt ou trop tard ? C’est aujourd’hui qu’ils viennent. Ce n’est plus le temps de la nostalgie, si belle tout de même. Pour le nouveau Déluge, l’arche est prête. Sauvons les animaux !

J’ai déjà fait Mon arche, j’attends les animaux
– David McNeil –

Avec les accords, pour les gratteux
 Intro : G   C   G   G
G
Mes amis s’en allaient
          G
Tous les dimanches au Mans.
          G7
Pour une Austin Healey
         C
J’ai travaillé deux ans
         C
Je sais pas si je suis venu là
      G
Trop tard ou trop tôt
         D
J’étais seul sur la piste
      C    C/B  C/A   G      G
Au milieu des   mo _ _ tos

 

Ils étaient partis vivre
Avec un stage hindou
J’ai trouvé dans les livres
Où était Katmandou
Je sais pas si je suis venu là
Trop tard ou trop tôt
J’étais seul dans la ville
Avec mon sac à dos

 

Du Vietnam et du Tchad
J’ai quitté Katmandou
Pour voir les barricades
Je sais pas si je suis venu là
Trop tard ou trop tôt
J’étais seul dans la rue
Avec mon écriteau

 

On vendait les voitures
Tout le monde allait à pied
Protéger la nature
Ramasser les papiers
Je sais pas si je suis venu là
Trop tard ou trop tôt
J’étais seul dans les landes
Avec mon p’tit râteau
On a vendu les landes
Finie l’écologie`!
On faisait des offrandes
Au Dieu Maharadji
Je sais pas si je suis venu là
Trop tard ou trop tôt
J’étais seul dans le stade
Avec mon p’tit cadeau

 

Après Maharadji
C’est Marilyn Monroe
Marchands de nostalgie
Quel est le prochain héros`?
Ce coup-ci, je serai
Ni trop tard, ni trop tôt
J’ai déjà fait mon arche
J’attends les animaux…

 

       D
J’ai déjà fait mon arche
           C   C/B  C/A   G      G
J’attends les a _ _ ni _ _ maux…

 

Paroles et musique David Mac Neil
Saravah ‎– SH 10057 – France  1975 

 

1975
encore
Ils sont où les animaux ?
Où dans nos têtes, où sur Terre ?
Quelqu’un s’en souvient peut-être
C’est un parc où vont les bêtes
Et quand les chasseurs s’en iront…
2004, la reprise de Salif Keita
(Route Manset, EMI) Envoûte d’Afrique
notre voûte crânienne.

[/cmsmasters_tab][cmsmasters_tab shortcode_id= »69adh4jzt » title= »Assez – Claude Nougaro « ]

1980  : « Assez », à la manière de Nougaro, qui prêcha dans le désert.

Calypso, nymphe des mers
Tu retiens dans tes bras salés
Le plus grand des aventuriers
Qui verse des larmes amères
Jamais plus il ne reverra
Son foyer.

 

Il vogue sur les flots immenses
Sans jamais trouver le chemin
Qui ramène aux bonheurs anciens
Fini l’amour, finie la transe
Du vin d’Ithaque qu’il fallait boire
Pour rêver.

 

Depuis sept ans tu l’enveloppes,
Caché aux yeux de Pénélope,
Sa coque craque, il va sombrer.
Calypso, collapso.
Calypso, collapso.
Aux voyelles près, les consonnes
Sonnent l’heure de notre destin.
Serons-nous une voix qui s’éteint
Dans le désert de l’Univers ?
La porte s’ouvrira-t-elle enfin
Donnant sur un autre chemin ?
Calypso, collapso.
Calypso, collapso.
Nous sortirons du sortilège,
Il suffit d’éviter le piège
De la plainte, du découragement.

 

Ecoute chanter l’occitan :
Arrêtez votre humanerie
Expatriez votre souffrance

 

FRANÇOIS LOTTEAU

Assez Chanson pour toi planête
– Claude Nougaro –

Il serait temps que l’homme s’aime
Depuis qu’il sème son malheur
Il serait temps que l’homme s’aime
Il serait temps, il serait l’heure
Il serait temps que l’homme meure
Avec un matin dans le cœur
Il serait temps que l’homme pleure
Le diamant des jours meilleurs

 

Assez ! Assez !
Crient les gorilles, les cétacés
Arrêtez votre humanerie
Assez ! Assez !
Crient le désert et les glaciers,
Crient les épines hérissées,
Déclouez votre Jésus Christ

 

Assez !
Suffit.

 

Il serait temps que l’homme règne
Sur le grand vitrail de son front
Depuis les siècles noirs qu’il saigne
Dans les barbelés de ses fronts
Il serait temps que l’homme arrive
Sans l’ombre avec lui de la peur
Et dans sa bouche la salive
De son appétit de terreur

 

Assez ! Assez !
Crie le ruisseau dans la prairie,
Crie le granit, crie le cabri
Assez ! Assez !
Crie la petite fille en flammes
Dans son dimanche de napalm
Eteignez moi, je vous en prie
Assez !
Suffit.

 

Que l’homme s’aime, c’est peu dire
Mais c’est là mon pauvre labeur
Je le dis à vos poêles à frire
Moi le petit soldat de beurre
Que l’homme s’aime c’est ne dire
Qu’une parole rebattue
Et sur ma dérisoire lyre
Voyez, déjà, elle s’est tue…

 

Mais voici que dans le silence
S’élève encore l’immense cri
Délivrez vous de vos démences
Crie l’éléphant, crie le cri-cri,
Crient le sel, le cristal, le riz,

 

Crient les forêts, le colibri,
Les clématites et les pensées,
Le chien jeté dans le fossé,
La colombe cadenassée…
Entendez le ce cri immense,
Ce cri, ce rejet, cette transe
Expatriez votre souffrance
Crient les sépulcres et les nids
Assez ! Assez !
Fini.

 

Musique Maurice VANDER, 
Paroles Claude NOUGARO
Barclay, 1980

[/cmsmasters_tab][cmsmasters_tab shortcode_id= »5isbjtjds » title= »C’est un parc – Gérard Manset »]

C’est un parc
– Gérard Manset –

C’est un parc où vont les bêtes
Et l’eau leur coule sur la tête.
Au milieu, des chevaux légers.
Les animaux sont mélangés.

 

C’est un piège où tomberont
Nos enfants quand ils grandiront
Et quand le chasseur s’en ira
Sur une civière, on dira :

 

C’est un parc où vont les bêtes
Et quelqu’un s’en souvient peut-être.
Les fruits trop murs, les arbres creux,
C’était le verger du Bon Dieu.
C’est un parc où vont les bêtes
Et l’eau leur coule sur la tête.
Au milieu, des chevaux sauvages.
Chacun se cabre sous l’orage.

 

C’est un piège où tombera
Le loup, le chien, l’homme et le rat
Et quand les chasseurs s’en iront
A genoux, nous leur chanterons:

 

C’est un parc où vont les bêtes
Et quelqu’un s’en souvient peut-être.
Les fruits trop murs, les arbres creux,
C’était le verger du Bon Dieu.

 

Paroles et musique : Gérard Manset,
1975 EMI.
Album Y’a une route.

[/cmsmasters_tab][cmsmasters_tab shortcode_id= »9c8949oxte » title= »Corona happy – Reine »]

Corona happy
– Reine –

Ça me rend folle tous ces gens qui sortent
C’est pas compliqué de rester chez soi
Même petit chez toi reste derrière ta porte
Soyons sérieux, ne sortons pas, c’est simple en soit

 

Parce que le corona c’est pas rien dans la salle de bain lave toi bien les mains
Parce que pour nous protéger les soignants se battent
et risquent leur vie pour demain
Parce que nous on a juste à rester at home pendant que d’autres se mobilisent
Parce qu’être confiné c’est pas en option aucun contact et adieu la bise

 

Fais pas la gueule, tu manques pas d’air
Oh pour t’occuper t’as bien de quoi faire
Patiente un peu et bosse à la maison
Lit oreiller canap et frigo : tes horizons

 

Parce que le corona c’est pas rien, dans la salle de bain lave toi bien les mains
Parce que pour nous protéger les soignants se battent
et risquent leur vie pour demain
Parce que nous on a juste à rester at home pendant que d’autres se mobilisent
Parce qu’être confiné c’est pas en option aucun contact et adieu la bise

 

Alors on s’dit qu’c’est pas la mer à boire
Nos potes on les verra plus tard
Alors à 20heures on applaudit
Nos sauveurs on les remercie
Alors on checke toutes les infos
Sans pour autant gober les fake news
Alors on fait du sport à la maison
Blabla visio

 

Parce que le corona c’est pas rien, dans la salle de bain lave toi bien les mains
Parce que pour nous protéger les soignants se battent
et risquent leur vie pour demain
Parce que nous on a juste à rester at home pendant que d’autres se mobilisent
Parce qu’être confiné c’est pas en option aucun contact et adieu la bise

 

Parce que le corona c’est pas rien, dans la salle de bain lave toi bien les mains
Parce que pour nous protéger les soignants se battent
et risquent leur vie pour demain
Parce que nous on a juste à rester at home pendant que d’autres se mobilisent
Parce qu’être confiné c’est pas en option aucun contact et adieu la bise

conception réalidation paroles : Reine

Reine Boÿer Marolleau
C’est pas compliqué de rester chez soi ! CORONA HAPPY, une chanson sur le Covid 19 100 % fait main at home.
Un grand merci aux soignants, à ceux qui travaillent, à tous nos héros du quotidien…
D’après « Happy » de Pharrell Williams. Conception / paroles / réalisation / montage : Reine.Avril 2020

[/cmsmasters_tab][/cmsmasters_tabs][/cmsmasters_column][/cmsmasters_row]